Capture d’écran 2017-06-07 à 14.02.47


     Exposition

 

 

 Frédérique Mattei

   Bijoux Sculpturaux

 

 du 8 juin au 9  juillet 2017

                          



Dans cette première exposition à la galerie, l’artiste Frédérique Mattei présente des bijoux-Sculptures: pièces uniques, comme autant d’assemblages de perles, d’objets précieux récoltés à travers le monde. Chaque collier apparaît alors comme une sculpture, une histoire inédite, cosmopolite qui semble avoir traversée les siècles.

Chaque pièce est une invitation au voyage, à une lointaine échappée à travers des continents et des siècles. Regarder un bijou de Frédérique Mattei, c’est toucher à un récit dans l’Histoire, c’est entendre un langage fantasmagorique.

La Clara Scremini Gallery est heureuse de présenter ces parures sculptures qui la ramène à l’essence même de la matière qu’elle défend: le verre.

Les perles de verre s’inscrivent au commencement même de l’histoire de cette matière. Tour à tour, objets, parures, monnaies, sculptures, le verre reste un médium, un matériau qui fascine.

Frédérique Mattei mêle des histoires, des perles de tout horizon, de toute terre, de tout siècle pour formuler et partager un nouveau langage, onirique, émouvant, intrigant.

Capture d’écran 2017-06-07 à 14.03.31
Capture d’écran 2017-06-07 à 14.08.00
Capture d’écran 2017-06-07 à 14.04.19

« Mes parures sont un langage, un éclairement de soi, une confidence. Elles exposent une identité autant que les mots ou les gestes. Ces bijoux sculpturaux uniques s’inscrivent dans un travail de recherche globale au travers de dessins et sculptures.

Résolument contemporaines, elles lient des perles et éléments d’horizons et de civilisations qui ne se seraient jamais rencontrés. Mon choix repose sur le regard que je porte sur eux. Je les choisis car je les trouve beaux, intrigants, chics, émouvants oniriques…

Cristal, cristal de roche, pierres dures, verre (moderne et antique), argent, or, vermeil, laiton, bronze … perles de tous les siècles, de fouilles, antiques, contemporaines, … provenant d’Inde, d’Afrique, des Andes, de Venise, d’Asie Centrale… elles composent un complément de l’apparence révélant un désir de s’inscrire dans une tradition d’héritage.

Se tisse alors le fil d’une autre histoire,

« Voyageant vers l’Inde, mon navire fit escale dans le port d’Aden au Yémen. J’avais lu de nombreux textes sur cette terre ancienne connue sous le nom de Saba dans la Bible. Entre Méditerranée et Chine, sur la route de la Soie, Aden m’apparut comme une île-caravansérail. Les convois d’alors emportaient des étoffes, des épices, du bronze, de l’or et des métaux précieux, des coffres de gemmes et d’ambre, des parfums et onguents, des parures fabuleuses…

On me dit que l’occupation humaine y remonte au Déluge, que Caïn et Abel y seraient enterrés. On me raconte la Perse, Gengis Kahn, Tamerlan, Alexandre le Grand, la reine de Saba bien sûr…

Comment percevoir la vérité au cœur de ces mythes et récits éblouissants ?

Je décide de me confronter aux légendes. J’abandonne la quiétude de mon observatoire et m’aventure sur les quais. Je flâne.

Au fond d’une venelle, un jasmin généreux aux senteurs d’ivresse cache l’entrée d’une échoppe. J’entre.

Dans un fouillis de perles, de parures et vêtu d’un caftan jade, se tient mon hôte. Un collier me captive. Je fais tourner les perles et savoure les pierres sous mes doigts.

Sa composition est énigmatique, son époque incertaine. Il a appartenu à une femme mystérieuse, me dit-il.

Je regarde mon collier et écoute son récit enivrant, étourdissant.

J’ai envie de le croire… » »

Frédérique Mattei

Capture d’écran 2017-06-07 à 14.09.01
Capture d’écran 2017-06-07 à 14.05.31
Capture d’écran 2017-06-07 à 14.00.20

crédit photographique Patrice Bouvier